L’œuvre peint et dessiné d’Henri Guérin (1929-2009), surtout connu pour ses vitraux en dalle de verre, constitue une part importante de son activité créatrice. La gouache, le lavis, le dessin à l’encre de Chine, sont ses techniques d’élection.

L’œuvre sur papier – près de dix-mille créations actuellement recensées – comporte deux grands corpus : d’une part les dessins réalisés sur le motif, surtout paysages et arbres, mais aussi architectures, fleurs, portraits ou nus, généralement à l’encre de Chine et assez souvent au lavis ; d’autre part, les compositions abstraites.

De ces dernières, “méditations” auxquelles il se consacre le soir, après ses journées de travail dans l’atelier de vitrail, l’artiste dit qu’elles constituent sa “musique de chambre”. L’écoute de la musique classique accompagne d’ailleurs leur création. La main par le pinceau invente une rythmique de touches régulières, des harmonies colorées où les réserves – les jeux de blancs – tiennent une place majeure.